Sivry : concilier chasse et promenades

SIVRY-RANCE - La Transylvestre , boucle de randonnée transfrontalière, est inaccessible aux promeneurs durant les trois mois de chasse.

Publié le jeudi 29 octobre 2009

La commune de Sivry-Rance a-t-elle, en 2007, fait preuve d’un excès de prudence ? Toujours est-il que sur conseil de la DNF, le Collège communal avait décidé d’imposer une interdiction pure et simple de circuler sur la promenade balisée Transylvestre entre le 1er octobre et le 31 décembre. La justification ? Les risques encourus par les promeneurs en période de chasse, sur ce circuit qui fait une boucle transfrontalière de 23 km et où l’on dénombre de nombreux accès tant côté belge que français.

31 jours de chasse sur 90 Y chasse-t-on donc tous les jours, sur ce beau sentier aménagé et balisé grâce à des subventions européennes ? « Non, explique le chef de cantonnement Philippe Baix, mais il traverse cinq ou six lots de chasse, qui ont des dates de battues différentes. Pour 2009 par exemple, on y chassera au total 31 jours entre le 1er octobre et le 31 décembre, ce qui laisse tout de même 60 jours de libre pour les promeneurs ou cueilleurs de champignons... Mais c’était plus simple de tout interdire ... ».

La mesure pose question, et pas seulement aux membres de la section locale Écolo qui ont tiré la sonnette d’alarme cette semaine. Le Collège communal a abordé la question mercredi passé, et tant le bourgmestre que le chef de cantonnement de la DNF s’affirment aujourd’hui prêts à approuver une solution plus respectueuse de tous les usagers de la forêt (lire ci-dessous). Une prochaine réunion, en novembre, devrait permettre d’étudier sa faisabilité. Mais il semble peu probable qu’elle entre en vigueur dès cette saison...

Si elle est prise, « encore faut-il qu’elle soit respectée par tout le monde », précise Philippe Hanon, qui s’exprime ici comme chasseur plus que comme échevin de la Commune. « Il y a des abus des deux côtés : certains chasseurs voudraient s’approprier les bois qu’ils louent, et il faut reconnaître qu’ils participent à leur entretien ; mais on retrouve aussi régulièrement en plein milieu d’une battue des promeneurs ou cueilleurs de champignons soi-disant perdus loin des sentiers. Or qui pointera-t-on du doigt s’il arrive un accident lors d’une battue ? » Le chasseur s’inquiète aussi du moment choisi pour revenir sur la décision de 2007 : « La DNF, pourtant initiatrice de l’interdiction imposée en 2007, propose aujourd’hui de nouvelles mesures, alors que les locations de chasse ont été attribuées en juin dernier pour dix ans. Certains peuvent avoir l’impression qu’on change les règles en cours de route ».

Source : lavenir.net